la symbolique du corps

La Symbolique du corps

L’utilisation de la symbolique du corps, ses métaphores, est une pratique pour mettre des mots sur des maux et recevoir le message
de ce que le mal a dit.

Peut être une image de texte

Il s’en suit des corrections énergétiques, émotionnelles… pour permettre à la personne de s’aligner sur les besoins de son âme et permettre à l’énergie vitale de mieux circuler.
Pour décoder les Messages à travers la symbolique du corps, vous pouvez faire des recherches de Diane Leblanc, Michel ODOUL ou Jacques Martel.

Quelques questions à se poser pour mettre en lien le corps et l'esprit :

Se pourrait-il que notre âme se serve des sensations présentes dans notre corps pour nous inciter à mieux nous aimer et prendre davantage soin de nos parties sensibles ou vulnérables ?

Et si chaque bobo, douleur était une invitation à relever un nouveau défi, éveiller le potentiel sommeillant en nous, et déployer notre puissance à tous les niveaux?

Le fait d’accueillir chaque « mal-être » comme un « cadeau », une opportunité de reconnaître et activer notre lumière intérieure peut faire toute la différence entre souffrir et guérir… SA VIE!

Pour bien utiliser ce tableau ci- joint, il suffit de vous poser la question suivante :

Est-ce que j’accueille, je reconnais et j’accepte en conscience l’invitation de… (parties de mon corps) à… (voir message) ?

Pour un problème spécifique, je vous invite à prendre contact pour une consultation individuelle avec moi, si vous le souhaitez.

Bonne découverte… de vous !

Aussi n'hésitez pas à venir découvrir d'autres articles en les consultant avec le lien suivant : les articles proposés.
Le vol d'énergie vitale

Le vol d’énergie vitale

Le vol d'énergie vitale

Le vol d'énergie vitale :

L’activité la plus répandue parmi les humains n’est peut-être pas celle que vous croyez. Aujourd'hui j'ai envie de partager ce qui est appelé le vol de l'Energie Vitale.

Nous sommes faits majoritairement d’énergie, sous des formes plus ou moins denses et nous en brûlons tous les jours. Lorsqu’on ne sait pas faire le plein de façon saine et naturelle, on en vole aux autres.

Les humains sont empêtrés dans cette lutte énergétique incessante et une concurrence inconsciente, qui expliquent bien des conflits, situations, et comportements. Dans son livre « La Prophétie des Andes », James Redfield décrit quatre mécanismes de vol d’énergie.

L’INTIMIDATEUR :

Il vole l’énergie en râlant de colère, opprimant, menaçant, imposant, frappant. La peur, en effet, vide le méridien des reins, siège du stock d’énergie vitale et de l’énergie originelle. L’Intimidateur n’a plus qu’à récupérer cette énergie qui s’échappe violemment et complètement.

L’INTERROGATEUR :

Il vole l’énergie en questionnant à tout propos. Les enfants utilisent inconsciemment cette technique. Les adultes l’utilisent par curiosité excessive, jalousie, pour trouver la faille et mieux rabaisser ou critiquer.

Ce mécanisme vide l’élément Terre (méridiens de l’Estomac et de la Rate), siège de la confiance en soi, le méridien de la Vésicule Biliaire (concentration, imagination, réflexion), et le méridien du Maitre du Cœur (interaction avec les autres), car ici les frontières personnelles sont violées.

L’INDIFFÉRENT :

Il vole l’énergie en se renfermant sur lui-même, laissant l’autre s’épuiser à le questionner et se demander ce qui ne va pas, voire à se sentir coupable. Cette technique vide les méridiens de l’Élément Terre (confiance en soi, anxiété/rate).

LE PLAINTIF :

Il vole l’énergie en se plaignant et en racontant ses malheurs à longueur de journée. Tout est noir, et il/elle a besoin de le faire savoir au monde entier pour aller mieux.

Et vous ? Durant cette lecture, étiez vous en train de mettre des noms sur ces profils,

(« Ça c’est exactement mon mari/compagnon ! », « Ah oui, ma mère fait tout le temps ça ! »…)…

Très bien ! Sachez reconnaître les voleurs d’énergie, petits et grands.

Mais à présent, réfléchissez à votre cas personnel. Vous reconnaissez vous dans l’une (ou plusieurs) de ces descriptions ?

Si oui, il est temps de changer de technique. Les relations avec votre entourage s’en porteront à merveille…

COMMENT ACCUMULER SANS VOLER ?

Comment accumuler de l’énergie sans la voler aux autres ? D’abord, il faut respirer profondément. Capter l’énergie des plantes (balades en forêt, plantes à la maison). Marcher pieds nus dans des lieux naturels, ou sur des matériaux naturels chauds (bois, laine). Manger des aliments vivants (fruits, légumes, graines germées, algues) et pourquoi pas, si ce n’est déjà fait découvrir le Kundalini Yoga pour vous régénérer.

le pardon

Le Pardon

Le Pardon

Je vous propose cette réflexion sur le pardon écrit par Diane Gagnon qui est très intéressant.

Tant qu’on refuse de pardonner, on garde volontairement un lien très fort avec celui ou celle qui, d’après nous, nous a fait du malle pardon

Le pardon est un acte de libération qui permet à la personne qui a été blessée de se détacher émotionnellement de l’auteur de la blessure. En pardonnant, on accepte ce qui s’est passé et on renonce à la colère et au ressentiment. Cela permet de se libérer de l’emprise de la douleur et de retrouver un sentiment de paix intérieure.

Tant que nous ne pardonnons pas aux autres, nous rétrécissons notre capacité à aimer vraiment. Nous asséchons notre cœur en gardant rancune.

Tant que nous en voulons à l’autre, c’est à nous que nous faisons du mal. Pas à l’autre.

Pardonner ne signifie pas cautionner le geste que l’autre a commis ; cela ne veut pas dire que nous oublions ce qui a été fait ; cela ne signifie pas que ce n’était pas grave ce qui s’est passé.

Non. Pardonner, cela signifie que je m’aime assez pour me libérer des liens qui m’unissent à l’autre par mon manque de pardon. Cela signifie que je choisis de ME libérer de ce qui entrave mon bonheur. Cela signifie que dorénavant, ce qui s’est passé ne conditionnera plus mon présent pour m’empêcher d’être heureux, d’être bien.

Pardonner c’est voyager léger. C’est faire preuve de maturité. C’est prendre le dessus sur notre ego qui refuse de pardonner. Si on écoute notre ego dans ces cas-là, nous signons un passeport pour le malheur pour le reste de notre vie. Car notre ego refuse de pardonner, puisqu’il est toujours dans le jugement. Peu importe l’ampleur de la faute, peu importe son occurrence, peu importe notre douleur initiale, si nous ne pardonnons pas, nous ne nous libérons pas.

Et nous restons coincés au moment où ces événements se sont produits, continuant de nous faire souffrir dans le présent pour ce qui fait déjà partie du passé, mais que nous maintenons actuel en alimentant notre rancune, en revivant inlassablement les mêmes événements, en les racontant, en nous identifiant à eux.

C’est ce que vous avez envie de vivre pour le reste de vos jours ?

Vous aimerez-VOUS assez pour vous libérer de ce qui vous empêche d’être heureux ? Ou laisserez-vous votre rancune détruire le reste de votre vie ?

Évidemment, on ne doit pas rester dans ce qui nous fait souffrir ni tolérer l’intolérable ; nous sommes mieux de nous éloigner de tout ce qui est toxique pour nous ; on est plus sage si on évite les personnes qu’on sait qui pourraient nous blesser à nouveau. On ne retourne pas se jeter dans la gueule du loup !

Et pardonner ne signifie pas renouer avec celui ou celle qui nous a fait mal.

Quand on pardonne, pour de vrai, avec le cœur, on se libère du poids le plus lourd que nous puissions porter dans notre vie.

Prenez une roche pour chaque personne à qui vous refusez encore de pardonner, pour chaque événement. Traînez ces roches avec vous partout durant au moins 24 heures : quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous brossez les dents, quand vous allez travailler, quand vous prenez votre bain, quand vous marchez, vous traînez toujours ces roches avec vous.

Au bout de la journée, vous serez épuisés de porter votre sac rempli de roches tellement lourdes qu’elles ne vous donnent plus le goût d’avancer.

Et bien c’est exactement ce qui se produit au niveau spirituel : tout ce que vous refusez de pardonner, ce sont des roches que votre âme traîne continuellement, ce qui lui enlève à elle aussi le goût d’avancer, ce qui la rend lourde et l’épuise. Vous vous surprenez de stagner dans votre vie ? Vous trouvez que certains aspects de votre vie vont mal ? Alors qu’avez-vous à pardonner ? À vous ? Aux autres ?

Vous seul détenez la clé de votre bonheur : le Pardon.

Vous voulez vivre libres et heureux ? Cela se résume en un seul mot : PARDONNEZ !

Si l’on refuse de pardonner, cela peut en effet maintenir un lien émotionnel avec la personne qui nous a fait du mal. On peut continuer à ressentir de la colère, de la tristesse ou de la frustration envers cette personne, ce qui peut affecter négativement notre bien-être émotionnel et notre relation avec elle.

Cependant, il est important de souligner que le pardon ne signifie pas nécessairement que l’on doit oublier ou justifier ce qui s’est passé. Le pardon peut se faire sans avoir besoin de renouer avec la personne ou d’oublier les actions qui ont été commises. Il s’agit plutôt d’un acte de guérison personnel qui permet de se libérer de la douleur émotionnelle associée à l’événement.

Comment réussir à pardonner ?

Le pardon est un processus personnel et différent pour chaque individu. Voici quelques étapes qui peuvent aider à cheminer vers le pardon :

Il est important de prendre le temps de reconnaître et d’accepter la douleur qui a été causée. Il est normal de ressentir de la colère, de la tristesse ou de la frustration.

Le pardon peut apporter des bienfaits pour la santé mentale et physique, comme réduire le stress, l’anxiété et la dépression. Prendre conscience de ces avantages peut motiver à poursuivre le processus de pardon.

Essayer de comprendre les raisons qui ont poussé l’autre à agir de cette manière peut aider à apaiser les sentiments de colère ou de ressentiment.

La compassion est un aspect clé du pardon. Il est important de se rappeler que tout le monde fait des erreurs et qu’il est normal de se sentir blessé. Il peut également être utile de pratiquer la compassion envers l’autre, en considérant qu’il ou elle a pu agir de manière inappropriée en raison de facteurs externes ou de circonstances difficiles.

Le pardon est une décision consciente et volontaire. Choisir de pardonner ne signifie pas nécessairement que l’on doit oublier ou justifier ce qui s’est passé. Cela signifie plutôt renoncer à la colère et au ressentiment, afin de pouvoir avancer.

Le pardon peut nécessiter de travailler sur le lâcher-prise, c’est-à-dire de relâcher le contrôle sur les émotions et de se détacher émotionnellement de l’événement.

Le processus de pardon peut prendre du temps et il est important d’être patient avec soi-même. Il peut être utile de chercher du soutien auprès de personnes de confiance, comme des amis ou un professionnel.

Vous pouvez me contacter Patricia au 06 71 18 42 62 ou hello@patriciapriat.fr

Aussi n'hésitez pas à venir découvrir d'autres articles en les consultant avec le lien suivant : les articles proposés.

acceptation de soi

Acceptation de Soi

Acceptation de soi.... Nous ne sommes pas ce que l'on croit

Je vous partage une explication très intéressante avec un exercice à la fin de Natacha JOUBERT, que vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous.

L’ACCEPTATION DE SOI…n’est pas ce que l’on croit!

Il est effectivement important de mieux se connaître pour enfin mieux s'aimer et s'accepter pleinement et pour aimer les autres.

Citations sur l’amour de soi :

  • L’amour de soi passe par l’acceptation de soi. ~ Anonyme
  • J’apprends à m’aimer pour ce que je suis maintenant et non pour ce que je voudrais être. ~ Anonyme
  • Celui qui ne sait pas reconnaître sa propre valeur ne peut reconnaître la valeur des autres. ~ Anonyme
  • Aimer sans condition les humains, c’est la même chose que s’aimer soi-même sans condition. ~ Placide Gaboury
  • Apprenons à nous aimer afin que nous puissions être plus ouverts et compatissants envers les autres, et ainsi nous pouvons abattre les murs qui limitent qui nous pouvons être et ce que nous pouvons contribuer. ~ (Monde de psychologie)

Vous pouvez découvrir d'autres articles en cliquant sur le lien

Les peurs et l'amour

Les peurs et l’amour

Les peurs et l'amour

Les Peurs et l'Amour

Vous trouverez ci-dessous, les Enseignement du Dalaï Lama sur les peurs et l’amour , mais aussi un lien sur lequel cliquer sur une vidéo vraiment très intéressante "Renaître"  qui aborde les peurs, les besoins, la loi d'attraction, la confiance.

On n'a pas peur de mourir mais on a peur de vivre alors plus de temps à perdre à chercher des excuses, à remettre à demain  à juger et à critiquer, juste le temps de vivre ses rêves et de vivre le meilleur maintenant.

S’il y a de la peur, c’est qu’il n’y a pas d’amour.

Quelque chose vous tracasse ? cherchez la peur.

Chaque fois qu’une émotion négative se présente à nous, il se cache derrière une peur.

En vérité, il n’y a que deux mots dans le langage de l’âme : la Peur et l’Amour.

La peur est l’énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.

L’amour est l’énergie qui s’étend, s’ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.

La peur enveloppe nos corps dans les vêtements.

L’amour nous permet de rester nu.

La peur s’accroche et se cramponne à tout ce que nous avons.

L’amour donne tout ce que nous avons.

La peur retient.

L’amour chérit.

La peur empoigne.

L’amour lâche prise.

La peur laisse de la rancœur.

L’amour soulage.

La peur attaque.

L’amour répare.

Chaque pensée, parole ou action est fondée sur l’une ou l’autre émotion.

Tu n’as aucun choix à cet égard, car il n’y a pas d’autre choix.

Mais tu es libre de choisir entre les deux.

Ainsi, au moment où tu promets ton plus grand amour, tu accueilles ta plus grande peur car, aussitôt après avoir dit « je t’aime », tu t’inquiètes de ce que cet amour ne te soit retourné et, s’il l’est, tu te mets aussitôt à t’inquiéter de perdre l’amour que tu viens de trouver.

Cependant, si tu sais Qui Tu Es, tu n’auras jamais peur.

Car, qui pourrait rejeter une telle magnificence?

Mais si tu ne sais pas Qui Tu Es, alors tu te crois bien inférieur. Fais l’expérience glorieuse de Qui Tu Es vraiment et de Qui tu peux Être. Dalaï Lama

Aussi n'hésitez pas à venir découvrir d'autres articles en les consultant avec le lien suivant : les articles proposés.

kundalini yoga et bain traditionnel de gong le 11 février 2024

Sonothérapie et massage sonore

Sonothérapie et massage sonore avec un bain de gong traditionnel

Et voilà, la science s'intéresse à la Sonothérapie et massage sonore avec les vibrations des sons. En effet, le son a un effet anxiolytique et antidouleur reconnu. Les vibrations sonores vont être captées par des milliers de petits récepteurs sensoriels localisés sous la peau, appelés corpuscules de Pacini. Ces récepteurs transmettent les vibrations sonores à la moelle épinière et au cerveau. Ceux-ci vont décharger des hormones comme la sérotonine, la dopamine et l'ocytocine. Ce qui a un impact favorable sur notre bien-être. "

La synchronicité est parfaite car cyrille et moi même nous sommes formés au bain de gong traditionnel chez Anahata Gong School

Aussi n'hésitez pas à venir faire l'expérience en consultant les évènements proposés.

Les  bonhommes allumettes

Les bonhommes Allumettres

Les  bonhommes allumettes

Les  bonhommes allumettes, voici un outil créé par Jacques Martel, auteur du grand dictionnaire des malaises et maladies que je propose dans mes accompagnement pour se libérer des émotions négatives. Il est simple et efficace, pouvant être utilisé par tous, pour couper avec des liens d'attachement toxiques.

Cela nous permet d'avoir un regard plus lucide, d'avoir plus de clairvoyance dans nos liens d'attachements et nos sentiments d'amour avec la prise de recul.

Nous avons besoin  de sortit toutes nos pensées négatives de notre tête en dessinant ou en écrivant pour sortir de la confusion du mental.

Le matériel nécessaire est une feuille blanche de format A4, d'un crayon ou crayons des de couleur (si vous voulez vous  accordez aux couleurs correspondant à chaque chakra) et d’une paire de ciseaux. Rien à réfléchir...

Vous devez tout d'abord vous dessiner vous, dessiner ensuite l’autre (personne ou situation), vous entourer d'un halo de lumière l'un et l'autre et dans son ensemble et symboliser les attachements qui vous lient (7 niveaux) puis couper ces attachements avec les ciseaux

Avec ces deux morceaux de papier dans les mains, plusieurs solutions, : vous les jetez à la poubelle, vous les passez au broyeur, vous les brûlez en disant « Vos problèmes sont vos problèmes et je ne les endosse pas ! ». Faites vraiment comme vous le sentez. et observez les changements dans la relation ou la situation

Voici le lien d'une vidéo sur lequel cliquer pour bénéficier de toutes les explications détaillées

Vous pouvez découvrir d'autres articles en cliquant sur le lien

connaissance de soi

Connaissance de soi

Connaissance de Soi

Cette question du "Qui suis je ?" est essentielle.

Certaines personnes que je reçois en accompagnement individuel me disent : "mais qu'est ce que je fous ici ?

C'est pourquoi il est important de bien se connaître, découvrir ses valeurs essentielles, identifier ses besoins dans toutes ses dimensions, ses compétences et ses qualités souvent ignorés ou niés. Cette nouvelle connaissance de soi permet de mieux s'affirmer et de s'exprimer dans sa vérité, de mieux relationner avec les autres.

Cela donne la possibilité de se découvrir en profondeur, parfois se remettre en question en faisant fi de son Ego et prendre des décisions pour donner du sens à sa vie.

Je vous propose cette légende Hindoue pour illustrer mon propos :

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver.

Le grand problème fut donc de lui trouver la cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »
Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »
Alors les dieux répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. »
Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. »
Mais alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher, il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »
Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Vous pouvez découvrir d'autres articles en cliquant sur le lien

Nettoyage de printemps

Nettoyage de printemps

Nettoyage de printemps

Les techniques de purification selon le yoga sont aussi appelées “Kriyas”. Sur un plan physique et bien plus subtils encore, les Kriyas  sont des pratiques destinées à nettoyer le corps et nous permettre d’être en meilleure santé. Nous pouvons faire ce nettoyage aussi dans son propre environnement car nous connaissons les interactions de l'extérieur vers l'intérieur. Aussi, voici quelques propositions pour ce nettoyage de printemps...

Ranger son chez soi, c'est mettre de l'ordre dans ses idées...

Nettoyer ses vitres, c'est se permettre d'y voir plus clair.

Dormir dans une chambre où l'essentiel réside sans aucun superflu, c'est se permettre un bon sommeil.

Avoir une salle de bain nickel, c'est ôter les énergies négatives.

Prendre des douches de "lumière", c'est se remplir de positif.

Ôter les chaussures avant d'entrer dans sa chaumière, c'est laisser les énergies extérieures à leur place.

Chez toi doit être ton "cocon". Cet endroit doit te ressourcer, et non t'épuiser.

Musique douce, quelques encens et bougies pourront aussi t'apaiser.

Les toxines de la maison sont :

-Objets que tu n'utilises plus.

-Vêtements que tu n'aimes pas ou n'utilises pas depuis longtemps.

-Objets cassées.

-Vieilles cartes et notes.

-Plantes mortes ou malades.

-Reçus, journaux et magazines anciens.

-Vieux sous-vêtements.

-Chaussures endommagées.

-Vieilleries de tous les types qui appellent le passé.

Mais aussi les accumulations :

-Dans le sous-sol et le toit, les accumulations deviennent surcharge.

-Dans l'entrée, ils limitent le flux de la vie.

-Sur le sol, ils nous tirent vers le bas.

-Au-dessus de nous, ce sont des maux de tête.

-Au-dessous du lit, ils polluent le sommeil.

-Dispersés dans la maison, c'est une surcharge d'émotions...

Toutefois, avec le détachement :

  1. La santé s'améliore.
  2. La créativité grandit.
  3. Les relations s'améliorent.
  4. Il y a une plus grande capacité de raisonnement.
  5. Améliore l'humour.

Ces sacrées questions qui aident le détachement :

- Pourquoi est-ce que je garde ça ?

- Est-ce que ça a à voir avec moi aujourd'hui ?

- Qu'est-ce que je vais ressentir en libérant ça ?

Alors, sépare et classe :

  1. Pour faire un don.
  2. À jeter.
  3. À vendre.

Le nettoyage de l'intérieur se reflète à l'extérieur...

- Évite les bruits extrêmes.

- Moins de lumières fortes.

- Moins de couleurs saturées.

- Moins d'odeurs chimiques.

- Moins de souvenirs tristes.

- Termine des projets inachevés.

- Cultive l'énergie positive chez toi.

- Fais un nettoyage général

- Et utilise des boîtes pour l'organisation...

- Commence par les tiroirs et les armoires

- Et termine par chaque chambre,

Fais tout à ton rythme...

  1. Poubelle
  2. Arrangements
  3. Recyclage
  4. Rénovation
  5. À en faire cadeaux
  6. À en faire don
  7. À vendre

Note ce qui change en toi au fur et à mesure que tu nettoies...

Car en nettoyant notre maison physique, Nous mettons aussi de l'ordre dans notre esprit et dans notre cœur !

Pratique le détachement des choses matérielles qui remplissent ton espace et tu verras comment petit à petit, tu vas pouvoir faire la même chose, avec des situations de vie plus importantes. Nettoyage de printemps (article diffusé par Jason la pointe)

Vous pouvez aussi lire un livre très  intéressant "la magie du rangement de Marie KONDO". ou aller à la rencontre de sa méthode en cliquant sur le lien

Je vous souhaite de belles journées printanières, de rangement pour "mieux ranger sa vie"  pour retrouver de belles énergies positives.

Retrouvez les autres événements programmés en cliquant ici.

 

Vidéo à la demande sur le foie et la colère

Comment sortir d’un conflit !

Comment sortir d'un conflit !

J'aime ce schéma ci-dessous, décrivant les 4 phases à adopter en cas de conflit, issues de la communication non violente. Comment sorti d'un conflit !

Quand nous sommes en situation de conflit, qu'il soit personnelle, familiale ou professionnelle, voici les étapes à décliner avec les personnes concernées avec bienveillance et sans jugement et avec l'intention de renouer le lien.

La première étape :  exprimer à l'autre, sans être dans l'accusation (le TU tue) les faits, la situation conflictuelle

Deuxième étape : décrire à l'autre nos ressentis, quels émotions ou sentiments ont émergé et qui à pu nous mettre en réaction. Ne pas oublier, que dés lors, que nous sommes en réaction, cela vient obligatoirement réveiller une blessure de l'enfant.

Troisième étape : comprendre et exprimer à l'autre notre besoin tout simplement

Quatrième étape : faire une demande à l'autre et trouver ensemble un compromis

Comment sortir du conflit CNV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, une vidéo de Thomas d'ASEMBOURG sur la base de a communication non violente, avec un outil efficace et très simple.

Il existe aussi des livres très intéressants et efficaces, pour améliorer nos relations avec l'autre comme "Cessez d'être gentil, soyez vrai" ou "les mots sont des fenêtres" de Thomas d'ASEMBOURG.

Vous pouvez découvrir d'autres articles en cliquant sur le lien

accep

Prospérité et abondance – Technique du verre d’eau

Prospérité et abondance - Technique du verre d'eau

Demandez et vous aurez....

Nous avons, pour la plupart d'entre nous, entendu dans notre enfance, "ce n'est pas bien de demander, ce n'est pas poli". Cela a conditionné des générations entières qui n'ont pas appris à demander en se contentant de ce qu' elles avaient.

Nous savons maintenant qu'avec la loi d'attraction, nos pensées attirent vers nous des évènements de même nature.

Là encore nos pensées issues de notre inconscient, à savoir ce qui nous a été répétées par les parents ou les éducateurs ont pu devenir une évidence ou une croyance. Comme "Tu es nul, tu ne feras jamais rien de ta vie" et l'être humain peut aller jusqu'à se prouver que ses parents ont raison.

Alors n'hésitez plus à demander le meilleur pour vous même, devenez libre de vos choix, à formuler une demande consciente.

Les demandes en rapport avec ses aspirations produisent de puissantes vibrations provenant de tout notre être et sont ainsi mieux entendues....

Vous pouvez utiliser la technique du verre d'eau comme dans la vidéo ci-dessous pour obtenir prospérité et abondance.

Vous pouvez découvrir d'autres articles en cliquant sur le lien

prends soin de toi

«Le mal a dit»

 «Le mal a dit»

Je vous propose la lecture de cet article particulièrement intéressant. En effet, le corps parle et il suffit de l'écouter.

Cependant, nos parents, pour la plupart, ne l'ayant pas appris, n'ont pas pu nous le transmettre. C'est pourquoi, le Yoga se développe de plus en plus aujourd'hui car il nous ramène au corps. Sa pratique nous invite à ressentir et à observer nos ressentis, à écouter les messages de notre corps.

Nous faisons l'entretien de notre véhicule mais nous négligeons bien souvent de prendre soin de son corps et de son cœur et de son âme.

Ci-dessous : Maladie! Le lien entre émotions et maladies par Cyril R. , le 05/10/2016 , mis à jour le 08/28/2021 

Le mal a dit » = Maladie! La relation probable entre nos émotions et nos maladies

Le point de vue yogique est de regarder le corps comme un instrument de développement spirituel.

Comme chaque instrument notre corps a ses propres règles et son langage. C’est seulement par l’ignorance que nous ne pouvons (ou ne voulons) pas entendre et comprendre ses messages. Il est devenu normal aujourd’hui de réagir sur une maladie ou une douleur avec une action répressive. Et si on essayait par un système de « décodage corporel »  trouver la cause d’une maladie qui se trouvent toujours dans le psychisme ?

Le mal a dit = maladie : Les étapes de formation d’une maladie

Dans son œuvre,  Ashtanga Hridaya Samhita (7ème siècle), Vabghata  évoque six stades du développement d’une maladie :

  1. Psychique :le stade causal, quand le déséquilibre apparaît au niveau du subconscient. Ce déséquilibre est lié à une conception de l’ego en interaction avec le monde extérieur
  2. Énergétique :le déséquilibre du système des canaux énergétiques (nadis).
  3. Neuroendocrinien :le dysfonctionnement du système neuroendocrinien (le déséquilibre apparaît au niveau du corps physique ;
  4. Endotoxique :le développement des toxines dans les différentes parties du corps ;
  5. Visible symptomatique :l’apparition des symptômes cliniques de la maladie ;
  6. Terminal : la destruction de l’organe malade.

 

Il n’est pas difficile de déduire auxquels des ces six stades la médecine occidentale intervient dans la plupart des cas. On voit ici que les symptômes qui apparaissent au niveau du corps sont les derniers cris du système pour se faire apercevoir. Et en réponse à ce crie le plus souvent on essaye de faire taire le corps au lieu de lui être gratifiant.

Le mal a dit = maladie : Dictionnaire des maladiescolonne vertébrale et émotions

Il existe aujourd’hui tout un ouvrage composé par Jacques Martel “Le grand dictionnaire des malaises et des maladies” qui permet de comprendre nos états intérieurs en faisant des observations extérieures. Ce livre est une sorte de guide pour comprendre ce qui se joue et de faire remonter en surface les choses que nous pourrions avoir tendance à refouler, ou à ne pas vouloir apercevoir.  Toutes les émotions que nous refoulons à l’intérieur de nous-même parce que nous ne pouvons pas ou ne voulons pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties du corps ou se manifester à travers tel ou tel problème corporel.

  • La panique peut provoquer des diarrhées.
  • La colère retenue ou la rancune : une crise de foie.
  • La difficulté à trouver ou à prendre sa place peut provoquer des infections urinaires à répétition.
  • Quelque chose qu’on ne veut pas entendre ou quand on ne s’écoute pas : des otites, douleurs d’oreilles.
  • Quelque chose qu’on n’a pas osé dire, qu’on a ravalé : des angines, des maux de gorge.
  • Un refus de céder, de plier, d’obéir ou de se soumettre : des problèmes de genoux.
  • Peur de l’avenir, peur du changement, peur de manquer d’argent : des douleurs lombaires.
  • Intransigeance, rigidité : des douleurs cervicales et nuque raide.
  • Conflit avec l’autorité : des douleurs d’épaules.
  • Quand on prend trop de choses sur soi : également douleurs d’épaules avec une sensation d’un fardeau.
  • Affronter une situation ou une personne sans se permettre de s’exprimer : des douleurs dentaires, aphtes, abcès.
  • L’incapacité d’avancer : des douleurs dans les pieds, les chevilles.
  • La colonne vertébrale est aussi un merveilleux terrain d’investigation de toutes nos émotions refoulées ! Illustration tirée du livre de R.Fiammetti : les cartes du langage émotionnel du corps avec un “décodage de notre dos”.

Le mal a dit = maladie : Quelques extraits du livre de Jacques Martel

Foie

Le foie représente les choix,  la colère, les changements et l’adaptation. On peut souffrir du foie quand on ne parvient pas à s’adapter à des changements, professionnels ou familiaux. Difficultés d’ajustement à une situation. Sentiment de manque continuel ou peur de manquer. Colère refoulée. Personnes sujettes aux maladies du foie : les personnes qui critiquent et qui jugent beaucoup (elles-mêmes et les autres) et/ou qui se plaignent souvent.

Vésicule biliaire

La vésicule biliaire est en rapport avec l’extérieur, la vie sociale, la lutte, les obstacles, le courage. Se battre. Esprit de conquête. Se faire de la bile, s’inquiéter, s’angoisser. Sentiment d’injustice. Colère, rancune. Se sentir envahi, empiété sur son territoire par une personne autoritaire. Agressivité rentrée et ruminante, mécontentement retenu. Se retenir de passer à l’action. Difficultés à faire un choix, de peur de se tromper.

Glande thyroïde

Profonde tristesse de ne pas avoir pu dire ce qu’on aurait voulu. Sentiment d’être trop lent par rapport à ce qu’on attend de nous. Impuissance, sentiment d’être coincé dans une situation, être devant un mur, dans une impasse. Être bloqué dans la parole ou dans l’action, être empêché d’agir. Pas le droit de parler, de s’exprimer. Ne pas se sentir écouté. Difficultés à s’affirmer. Une déception ou une injustice n’a pas été « avalée » et est restée en travers de la gorge.

Hernies

De la détresse implose à l’intérieur et demande à être libérée. Désir de rompre ou de quitter une situation où on se sent coincé, mais où l’on reste par peur de manquer de quelque chose, généralement du matériel. Auto-punition parce qu’on s’en veut, incapacité à réaliser certaines choses qu’on voudrait. Frustration de travailler dur, se sentir poussé à aller trop loin, ou essayer d’atteindre son but d’une manière excessive, qui en demande trop. Une poussée mentale (de stress) essaie de sortir. Mais en plus, le lieu où siège l’hernie indique son message émotionnel de manière plus précise et complémentaire :

Hernie inguinale (dans l’aine) : difficulté à exprimer sa créativité, secret que l’on renferme et qui nous fait souffrir. Désir de rompre avec une personne qui nous est désagréable, mais avec laquelle on se sent engagé ou qu’on est obligé de côtoyer. On aimerait sortir, s’extirper de cette situation.

Hernie ombilicale : nostalgie du ventre de la mère où tout était facile et où se sentait totalement en sécurité. Refus de la vie.

Hernie discale : conflit intérieur, trop de responsabilité, sentiment de dévalorisation, ne pas se sentir à la hauteur de ce qu’on attend de nous, projets et idées non reconnus. La colonne vertébrale représente le soutien. Besoin d’être appuyé, soutenu, mais difficulté ou impossibilité de demander de l’aide.

Hernie hiatale : se sentir bloqué dans l’expression de ses sentiments, de son ressenti. Refouler ses émotions. Tout vouloir diriger, ne pas se laisser porter par la vie mais la contrôler.

Genoux

Douleurs aux genoux, genoux qui flanchent, genoux qui craquent, douleurs aux ménisques : refus de plier, de se « mettre à genoux » (de se soumettre) de céder, fierté, ego, caractère inflexible ou au contraire, on subit sans rien oser dire, on s’obstine, mais nos genoux nous disent que nous ne sommes pas d’accord avec cette situation. Difficultés à accepter les remarques ou les critiques des autres. Problèmes avec l’autorité, la hiérarchie, problèmes d’ego, d’orgueil. Devoir s’incliner pour avoir la paix. Ambition réfrénée ou contrariée par une cause extérieure, Entêtement, humiliation. Culpabilité d’avoir raison. Colère d’être trop influençable.

Peau

Les maladies de peau ont très souvent, à l’origine, un conflit de séparation mal géré, une séparation mal vécue, soit par la mère, soit par l’enfant, ou la peur de rester seul et un manque de communication. Séparation aussi envers soi-même : dévalorisation de soi vis-à-vis de l’entourage. Porter trop d’attention à ce que les autres peuvent penser de nous.

Eczéma

Anxiété, peur de l’avenir, difficultés à s’exprimer. Impatience et énervement de ne pas pouvoir résoudre une contrariété. Séparation, deuil, contact rompu avec un être cher. Chez les enfants, l’eczéma peut résulter d’un sevrage trop rapide ou d’une difficulté de la mère à accepter que son enfant ne soit plus « en elle ». Sevrage de l’allaitement ou reprise du travail de la maman et culpabilité non exprimée, mais que l’enfant ressent et somatise ainsi. Querelles ou tensions dans la famille, que l’enfant ressent. Insécurité.

Acné 

Manière indirecte de repousser les autres, par peur d’être découvert, de montrer ce qu’on est réellement, parce qu’on pense qu’on ne peut pas être aimé tel que l’on est. Puisqu’on se rejette, on crée une barrière pour que les autres ne nous approchent pas. Refus de sa propre image, de sa personnalité ou de sa nouvelle apparence. Honte des transformations corporelles. Difficulté à être soi-même, refus de ressembler au parent du même sexe.

Psoriasis 

Personne souvent hypersensible qui n’est pas bien dans sa peau et qui voudrait être quelqu’un d’autre. Ne se sent pas reconnue, souffre d’un problème d’identité. Le psoriasis est comme une cuirasse pour se défendre. Besoin de se sentir parfait pour être aimé. Souvent une double conflit de séparation, soit avec deux personnes différentes, soit un ancien conflit non résolu, réactivé par une nouvelle situation de séparation. Se sentir rabaissé ou rejeté, à fleur de peau. Se protéger d’un rapprochement physique, ou protéger sa vulnérabilité, mettre une barrière.

Bras

Il y a de nombreuses causes émotionnelles liées aux douleurs et aux problèmes de bras. Les bras sont le prolongement du cœur et sont liés à l’action de faire et de recevoir, ainsi que l’autorité, le pouvoir. Les douleurs aux bras peuvent être liées à de la difficulté à aimer ce que je dois faire. Se sentir inutile, douter de ses capacités, ce qui amène la personne à se replier sur elle et à s’apitoyer sur ses souffrances. Se croire obligé de s’occuper de quelqu’un. Ne pas se sentir à la hauteur lorsqu’on est le « bras droit » de quelqu’un. Difficulté à prendre les autres dans ses bras, à  leur montrer de l’affection. S’empêcher de faire des choses pour soi-même, parce qu’on se souviens des  jugements négatifs et des interdictions durant  l’enfance, ce qui était blessant. Ne pas se permettre de prendre ou je regretter d’avoir pris quelque chose, ou de penser avoir obtenu quelque chose sans le ne mériter. Se rapporter au fait d’avoir été jugé par ses parents. Vouloir emprisonner quelqu’un dans ses bras pour l’avoir sous contrôle, mais avoir dû le laisser s’envoler, et ne plus pouvoir l’aimer et le protéger (un enfant, par exemple). Vivre une situation d’échec, devoir baisser les bras.

Épaules

La fonction première des épaules est de porter. Les épaules portent les joies, les peines, les responsabilités, les insécurités. Le fardeau de nos actions et tout ce qu’on voudrait faire, mais qu’on ne se permet pas, ou qu’on n’ose pas. On se rend responsable du bonheur des autres, on prend tout sur soi, on a trop à faire, on se sent écrasé, pas épaulé, pas soutenu. Douleurs possibles aussi quand on nous empêche d’agir, ou que l’on on nous impose des choses. Lorsqu’on vit une situation dont ont ne veut plus, on désire passer à autre chose, mais le manque de confiance en soi nous bloque. On manque d’appui, on manque de moyens. On ne se sent pas aidé. Une personne chère ou l’un de nos parents vit de la tristesse et on aimerait prendre son chagrin et ses problèmes pour l’en libérer. Colère retenue contre un enfant ou une autre personne qui se la coule douce alors qu’on ne se donne même pas le droit de prendre un temps de pause. Au travail ou à la maison, avec son conjoint, on se sent dans l’obligation de se soumettre, on se sent dominé sans oser réagir. On vit de l’insécurité affective (douleur épaule gauche) ou de l’insécurité matérielle (douleur épaule droite). Épaules rigides et bloquées sont signe d’un blocage de la circulation de l’énergie du cœur, qui va vers l’épaule, puis vers le bras, le bras donne (le bras droit) et reçoit (le bras gauche). Ce blocage d’énergie est souvent retenu dans une articulation ou un tissu (capsulite, bursite). L’énergie doit circuler du cœur vers les bras pour permettre de faire, de réaliser ses désirs. On porte des masques, on bloque ses sentiments, on entretient des rancunes (douleurs dans les trapèzes, surtout à gauche). parfois envers soi-même. On paralyse ses épaules pour s’empêcher d’aller de l’avant, de faire ce qu’on aimerait vraiment. On prend le fardeau sur soi plutôt que d’exprimer ses demandes et ses ressentis, de peur de mécontenter l’autre. Difficulté ou impossibilité à lever le bras : conflit profond avec sa famille, difficulté à voler de ses propres ailes.

Le mal a dit = maladie : Dialoguez avec le corps

Essayez de modifier, clarifier ou de lâcher-prise par rapport à la situation qui vous perturbe. Le mot lui même maladie pointe sur ce mécanisme d’expression corporelle : « le mal a dit ». Votre douleur essaie de vous dire quelque chose, de vous signaler que quelque chose perturbe l’harmonie en vous, d’attirer votre attention sur quelque chose à changer dans votre vie.

N’ayez pas peur, ne haïssez pas vos maladies! Reconnaissez et acceptez les émotions, si vous les éprouvez, mettez des mots dessus, acceptez votre ressenti. Une fois les émotions négatives reconnues, acceptées et évacuées, le corps peut cesser de vous envoyer ce message de « mal a dit.