amour de soi - identifier ses besoins

Amour de soi – Identifier ses besoins

Amour de soi - Identifier ses besoins

Dis moi comment tu prends soin de toi... Je te dirai comment tu t'estimes...

Identifier ses besoins, c’est apprendre à les combler. Aussi, quand le besoin est satisfait, vous passez de la frustration à l'art de cultiver le plaisir et d'accéder au bien-être.

Mais au préalable, il serait bon d'identifier ses valeurs pour se donner la permission d'exister.

Ensuite, une première question à se poser : De quoi ai-je besoin fondamentalement pour me sentir comblée ?

Les besoins peuvent se classer de la façon suivante(voir pyramide de Maslow) ou plus simplementIdentifier ses besoins - pyramide de Maslow

Besoins physiologiques

  • Manger, dormir, respirer, avoir un toit sur la tête, être en sécurité matériel

Besoins psychologiques personnels

  • Identité, s’écouter, s’accepter, décider pour soi, autonomie, estime de soi, intimité, plaisir

Besoins sociaux

  • Contact, aimer, être aimé, se protéger, prendre des risques, soutien, donner/recevoir, demander/refuser, reconnaissance, s’exprimer, être écouté, être respecté, appartenance, relations sexuelles

Besoins émotionnels

  • Ressentir et identifier l’émotion, gérer son émotion, exprimer son émotion, émerveillement

Besoins d’accomplissement

  • Se former, créer, travail, être utile, trouver des réponses, apprendre, (se) comprendre, utiliser son jugement, être capable de solutionner les problèmes de la vie courante

Nous attendons parfois beaucoup des personnes extérieures ou de nos proches pour répondre à nos différents besoins, sans être jamais satisfait(e). La plupart du temps, cela ne nous a pas été enseigné et cela peut s'apprendre ...

Alors que si nous cherchons à répondre nous même à notre besoin, on peut s'apercevoir qu'il en faut peu pour être heureux !

Si vous souhaitez avoir des renseignements complémentaires ou prendre un premier rendez-vous, contactez-moi.

 

solitaire et solitude

Solitaire et solitude

"Solitaire et Solitude"Solitaire ou solitude

Je vous partage un texte que j'ai beaucoup apprécié et qui est d'actualité avec la période  COVID dans laquelle nous nous trouvons.

En effet, la distanciation sociale, la restriction de nos libertés nous empêchent aujourd'hui de relationner et d'élargir notre réseau et génère un repli sur soi.

Cela touche entre autres, les jeunes, les personnes âgées, les célibataires.  L’être humain a besoin des relations sociales pour son équilibre et sa force de vie.

Cependant, on peut vivre ce qui nous est donné de vivre comme une expérience.  La solitude permet de se découvrir et de mieux se connaitre mais aussi de prendre soin de nous. Elle peut favoriser l'expression de "qui on est" par ce qui nous tient le plus à cœur, de réaliser notre rêve, jamais réalisé.

Voici les propos de "Solitaire et Solitude"

Le solitaire s'est un jour adressé à son amie Solitude,

Il lui demanda pourquoi elle pleurait :

Ma douce, pourquoi ce chagrin ?

Pourquoi je lis si souvent dans tes yeux une tristesse infinie ?

La solitude lui répondit :

Parce que je me sens seule,

J'ai besoin d'amour et j'ai envie d'avoir quelqu'un dans ma vie,

Quelqu'un contre qui me blottir le soir,

Et raconter mes journées, mes joies, mes peines, mes projets, parler de tout de rien...

Je ne supporte plus d'être en permanence seule...

Je me couche le cœur serré,

Je me lève la gorge nouée,

Je passe mes journées à attendre, à espérer...

Mais rien n'arrive jamais...

Mais toi "Solitaire" je te vois toujours seul aussi mais pourtant tu souris et tu sembles aimer la vie...

Comment fais tu ?

Solitaire répondit à Solitude:

Merveilleuse Solitude,

Je suis solitaire par choix.

Je ne subis nullement le fait d'être en tête à tête avec moi-même.

C'est de loin ma meilleure ressource.

En ma propre compagnie, je me sens libre,

Je vis, je m'évade, j'apprends à m'aimer, à me découvrir.

Je refuse d'attendre ou d'espérer...

Ce sont dans ces 2 situations que tu en oublies de vivre et d'être.

La dépendance affective est un poids que je me refuse de porter.

J'ai appris à vivre seul pour un jour mieux vivre à deux.

J'ai compris que je ne serais jamais heureux si mon bonheur dépendait d'une personne.

J'ai appris à aimer de façon inconditionnelle tout ce qui m'entoure,

Et ceci pour aimer plus fort la personne qui rentrera dans ma vie.

J'ai cessé de me dire Vivement qu'elle arrive mais plutôt...

Merci pour tout ce que je possède,

Merci pour tout ce qui Est en Chemin vers Moi.

J'ai compris qu’être prêt ne veut rien dire...

On ne l'est que lorsque nos Pensées ont Cessé de Penser à l'avenir,

Et que celles-ci ont opté pour Vivre Minute par Minute sans nulle question.

Laisser l'imprévu et l'Instant Présent s'accomplir sans rien retenir ou contrôler.

Dans mon âme de solitaire, j'ai effectué un travail de Titan sur mon moi intérieur,

Je me suis Éveillé, j'ai Mûri, Grandi, Évolué.

Et c'est ainsi qu'être solitaire n'a jamais été symptomatique de solitude.

J'ai fait un choix sans le faire, car finalement ça fait aussi partie de moi.

Ma chère Solitude,

Si tu Cesses de Subir,

Mais plutôt de Commencer à te Guérir,

En Acceptant de t'Ouvrir au monde et à toi même,

Tu ne te sentiras plus jamais seule.

N'attends rien, VIS tout simplement.

Là est le plus important.

On est né seul,

On mourra seul,

Ne calque pas ta vie sur un Amour potentiellement apporté par quelqu'un.

Aime toi avant d'aimer autrui.

Satisfais-toi de ta propre présence,

Rejette toutes formes de dépendances,

Ta vie n'en sera que plus belle et paisible.

Solitaire tendit sa main à solitude,

Et solitude accepta de commencer à devenir solitaire,

Car c'est seul dans un silence percutant que l'on entend le plus de réponses.

*-Et c'est aussi dans cette même Sérénité que l'on renaît et que l'on Apprend Vraiment qui l'on Est.

Copyright © Eden Cara

confiance en soi

Retrouver la confiance en soi

(Re)trouvez la confiance en soi

La confiance en soi n'est pas inné d'autant plus lorsque les parents n'avaient pas eux mêmes. Lorsque des parents et/ou des enseignants ont mis d'une manière systématique le doigt sur ce qui n'allait pas chez l'enfant, l'enfant devenu adulte aura tendance à faire de même. Les événements traumatisants sont aussi à l'origine d'un manque de confiance. Le manque d'assurance peut être une grande source de stress et devient très énergivore en créant un grand inconfort, comme passer un entretien d'embauche, prendre son téléphone, se dévaloriser par rapport à ses compétences, ne pas trouver sa place.

Quelques pistes de réflexion

Le manque de confiance n'est pas une fatalité car elle se construit, s'entretient et se développe en tenant compte de plusieurs aspects :

  • les pensées ou croyances limitantes : observer et repérer votre propre voix intérieure qui vous maltraite : "je suis nul(le)", " je vaux rien", "personne ne m'aime". Observer aussi vos peurs qui ne restent que du mental. Favoriser dès aujourd'hui un regard sur vous plus bienveillant et aimant vis à vis de vous, en modifiant votre discours négatif par un discours plus objectif.
  • Apprendre à mieux vous connaître : vos propres valeurs, vos besoins, les messages contraignants qui vous ont construits pour mieux vous détacher de votre passé et construire votre présent.
  • Découvrir les qualités, vos compétences et les ressources que vous avez acquises parfois, présentes naturellement  vous permettront de vous mettre en mouvement. Le passage à l'action avec un challenge (mais pas trop grand) à relever est une étape indispensable pour  renforcer la confiance en soi.

Le yoga est un outil très efficace pour  épurer le mental, se pacifier émotionnellement. Il permet de se recentrer sur l'essentiel, d'être plus à l’écoute de vous-même et des autres mais aussi de développer optimisme et joie de vivre.

La thérapie permet de (Re)trouver confiance en devenant le créateur de sa vie au lieu de la subir. C’est avant tout un travail sur les mémoires du passé et qui sont parfois réactualisées dés lors que ce vous vivez ressemble à ce qui a été déjà vécu. Le corps garde en mémoire le vécu de chacun.  il est essentiel de comprendre, d'accepter ce qui est et qui ne peut être changer, de transformer, de trouver ses propres réponses.

Retrouvez en cliquant sur le lien la vidéo illustrant la confiance en soi 

Vous trouverez également un test pour découvrir votre niveau de confiance en vous.

 

sortir de sa zone de confort

Sortir de sa zone de confort

Sortir de sa zone de confort

Sortir de sa zone de confort : la zone de confort c'est ce que vous connaissez mais ce n'est peut être plus ce qui vous convient alors oser vivre vos rêves et c'est donc accepter de vivre de nouvelles expériences, c'est canaliser ses peurs de l'inconnu qui ne sont que du mental, c'est se donner les moyens de changer de vie, sans changer fondamentalement qui nous sommes.

Cela commence par des petits pas, en s'ouvrant à l'inconnu, en modifiant notre perception des choses, en prenant quelques risques et en  s'affirmant dans ses choix, dans sa prise de parole, en tant qu'individu unique. vous trouverez ci-dessous une petite vidéo

Les echos neurosciences

La méditation validée par les neurosciences

Voici une petite synthèse d'un article écrit par Paul Molga paru sur les Echos le 04/09/2015.

La méditation, une source de bien être validée par les neurosciences.

L'imagerie par résonance magnétique  (IRM) révèle que la méditation pratiqué par un groupe de participants montre une moindre altération de la matière grise que dans un autre groupe ne pratiquant pas cette discipline.

Les études sur la méditation montre que dans l'intensité de cette pratique stimulerait les dendrites (le prolongement filamenteux des neurones servant à conduire l'influx nerveux) et les synapses (la connexion des neurones entre eux). La méditation agirait sur le stress, nuisible pour les cellules.

Le docteur Gérard BLOCH, à l'origine d'un diplôme de Médecine "Médecine, méditation et neurosciences" à la faculté de médecine de Strasbourg explique que la méditation n'est pas un espace de détente pour le cerveau, car il s'agit pour lui de se concentrer, d'observer les pensées, les émotions, les ressentis, les perceptions, sans s'y attacher ou se laisser distraire mais plutôt se focaliser sur un paysage, sur une flamme de bougie ou sur sa respiration ou sur un endroit du corps. Antoine LUTZ du Centre INSERM de neurosciences de Lyon a mis en évidence, grâce à l'imagerie médicale sur le cerveau de moines bouddhistes comme Matthieu RICARD que pendant cette pratique, le cerveau s'échauffe et des zones sont sollicitées successivement comme le cortex sensoriel et moteur, puis le cortex antérieur, puis les régions pariétales, pour terminer par le cortex préfrontal. Ce chercheur constate que la méditation permettaient de soutenir l'attention et d'améliorer la vigilance cérébrale. En approfondissant les recherches, force est de constater que la méditation permet de mieux gérer ses émotions, une aptitude manquante aux personnes dépressives.

Les travaux de Sarah Lazar du Massachusetts Général Hospital de Boston ont démontré en 2005 que la méditation diminuait la fonte de la matière grise due au vieillissement, jouait un rôle dans la mémorisation, la vigilance et l'adaptation au changement et permettait une meilleure gestion de nos peurs et d'anxiété. Elle ne modifie pas que le cerveau mais agit sur la santé cardiovasculaire, la tension artérielle, l'immunité.

Il existe plusieurs techniques de méditations : Méditation active (marche consciente par ex.), de pleine conscience (une attention à sa respiration, son corps, ses émotions), transcendantale (état de plénitude accompagné de sons, de mantras), vipassana.

 

 

Logo Association La voie du Coeur