Les echos neurosciences

La méditation validée par les neurosciences

Voici une petite synthèse d'un article écrit par Paul Molga paru sur les Echos le 04/09/2015.

La méditation, une source de bien être validée par les neurosciences.

L'imagerie par résonance magnétique  (IRM) révèle que la méditation pratiqué par un groupe de participants montre une moindre altération de la matière grise que dans un autre groupe ne pratiquant pas cette discipline.

Les études sur la méditation montre que dans l'intensité de cette pratique stimulerait les dendrites (le prolongement filamenteux des neurones servant à conduire l'influx nerveux) et les synapses (la connexion des neurones entre eux). La méditation agirait sur le stress, nuisible pour les cellules.

Le docteur Gérard BLOCH, à l'origine d'un diplôme de Médecine "Médecine, méditation et neurosciences" à la faculté de médecine de Strasbourg explique que la méditation n'est pas un espace de détente pour le cerveau, car il s'agit pour lui de se concentrer, d'observer les pensées, les émotions, les ressentis, les perceptions, sans s'y attacher ou se laisser distraire mais plutôt se focaliser sur un paysage, sur une flamme de bougie ou sur sa respiration ou sur un endroit du corps. Antoine LUTZ du Centre INSERM de neurosciences de Lyon a mis en évidence, grâce à l'imagerie médicale sur le cerveau de moines bouddhistes comme Matthieu RICARD que pendant cette pratique, le cerveau s'échauffe et des zones sont sollicitées successivement comme le cortex sensoriel et moteur, puis le cortex antérieur, puis les régions pariétales, pour terminer par le cortex préfrontal. Ce chercheur constate que la méditation permettaient de soutenir l'attention et d'améliorer la vigilance cérébrale. En approfondissant les recherches, force est de constater que la méditation permet de mieux gérer ses émotions, une aptitude manquante aux personnes dépressives.

Les travaux de Sarah Lazar du Massachusetts Général Hospital de Boston ont démontré en 2005 que la méditation diminuait la fonte de la matière grise due au vieillissement, jouait un rôle dans la mémorisation, la vigilance et l'adaptation au changement et permettait une meilleure gestion de nos peurs et d'anxiété. Elle ne modifie pas que le cerveau mais agit sur la santé cardiovasculaire, la tension artérielle, l'immunité.

Il existe plusieurs techniques de méditations : Méditation active (marche consciente par ex.), de pleine conscience (une attention à sa respiration, son corps, ses émotions), transcendantale (état de plénitude accompagné de sons, de mantras), vipassana.

 

 

Logo Association La voie du Coeur